poeme

Poème 4 sommets pour 1 triangle (8ème extrait)

13 connectés

Liens commerciaux:
@
Ecrit par TragicDestiny81 le 10/06/11 et lu par 529 personnes.
Ce texte est un poème vie .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur

Partie troisième ou De la désagréable sensation de vécu


Chapitre troisième ou Des joies de l'ivrognerie

 


Aujourd'hui, depuis midi, il fait beau.
C'est le temps idéal pour qu'un poivrot,
Même toujours sou, sorte du ruisseau
Et s'en aille en direction d'un bistro.
Il se met en route et s'élance l'air pataud
D'un pas lent rythmé par ses soubresauts.
Il prend appuie sur toutes ses motos
Garées en ligne droite sous ce préau.
Le soleil d'été tape et il fait chaud
Sa tête chauffe mais jamais de chapeau.
Il longe le préau puis un mur de chaux.
Sur une grille sont affichés ces mots
Mais il ne les voit pas - Il sont trop hauts - 
Fixant ses chaussures blanches de placo.
L'affiche dit : " peinture fraîche, eh oh! "
Le soleil le rend vraiment chamalo.
Il décide de prendre un peu de repos.
Il appuie sa tête sur la grille - l'idiot! -
Et la peinture sèche sur sa peau.
Il accroche ses mains et laisse son dos
Brûlé au soleil sous son vieux manteau.
Il allait s'endormir - ce n'est pas faux -
mais il est réveillé par des oiseaux.
Il reprend sa route - il a du culot! - 
Pas après pas, il se rapproche du seau
Plein de peinture blanche et marche dans le pot!
Il ne s'en aperçoit pas - mais quel sot! - 
Tout ça pour boire autre chose que de l'eau...


Chapitre quatrième ou De l'animal qui sommeille en nous


Il y a deux jours, pendant le cours de sport,
Il s'est passé quelques chose que j'aurais tort
De ne pas vous raconter dans un rapport.
C'était une séance de volley-ball
Et je ne trouvais pas du tout drôle
De voir cette fille habillée en paria
Addictive - en autre - au tabac Rasta
Ne pas faire l'effort  de lever un bras!
Je lui dit de bouger et elle me claque!!
Elle a vraiment besion qu'on la remarque,
Elle, ses cheveux noirs et son air patraque!!!
Nous tournons; C'est à son tour de sortir
Mais madame refuse et c'est moi qui vire!!!!
Je ne suis pas en colère, c'est bien pire.
Il n'y a pas de mots qui puissent le décrire.
Puis, dans tous les sens, les ballons partirent.
Les élèves étaient tous devenus fous!
Ballons, bruits et rires ricochaient partout!
A cet instant, j'eus envie d'être un loup.
Ensuite, tous les bruits cessèrent d'un seul coup
En entendant un sinistre cri : " Ahou! "
Vite, la paria se retourna debout
Et ma personne changée en loup-garou,
La gueule grande ouverte, lui sautait au cou!
C'était maintenant mon tour d'être fou
Et son sang gicla un peu partout!
Les élèves eurent peur du grand méchant loup
Qui arracha ce bras en un seul coup!
Je récidivai en criant : " Ahou! "
.
Et ils s'immobilisèrent tous, debout.

J'avais pourtant mieux chanté que Garou

Mais les autres prirent tous leurs jambes à leur cou.

Je croquai au mieux son maigre cadavre.

Mon pauvre casse-croûte fini, je pris la fuite,

Abandonnant ce butin sans mérite.

Enfin, je me réveillai au Havre. 

Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Ecrit par Ombry le 13/08/11
Eh bien, ça sent le vécu tout cela ! =P

Un troisième chapitre assez obscure pour moi, j'ai du mal à saisir la satire. Le texte n'en reste pas moins agréable et intéressant.

Le quatrième chapitre, ou comment déchainer ses émotions avec style ! Je l'attendais celui-là et je ne suis pas déçu. Un pur catharsis !

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar