poeme

Poème 4 sommets pour 1 triangle (1er extrait)

13 connectés

Liens commerciaux:
@
Ecrit par TragicDestiny81 le 22/04/11 et lu par 641 personnes. 1 personne a envoyé un coup de coeur pour ce poème
Ce texte est un poème vie .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur - partager sur facebook

Partie première ou A propos de quelques réalités fondamentales et immuables 



Chapitre premier ou Des forces implacables

Et quel effet un orage
Et une tornade dans son sillage
Ravageant le paysage
Auraient sur ce marécage
Où tant d'épaves ont fait nauvrage ?
Et bien se serait un carnage
Car tous ces éclairs de rage
Auraient brûlé ces cordages.
Plus non plus de feuillages
A l'extrémité de branchages.
Finis aussi tous ces passages
Places fortes du marchandage
Pour les adeptes du braconnage.
Ce serait la fin de cet ouvrage 
Que le passé appelle héritage
Et de mon vagabondage
-Sans nul doute vers un mirage-.
Mais depuis mon plus jeune âge
Je grimpe dans les étages 
Ma pliant à leur chantage
Et à leurs ignobles réglages
Car il n'y a point de dallage
Dans ce sinistre paysage
Synonyme d'esclavage
Dont l'aspect du vrai visage
Surpasse tout tant il est sauvage 
 



Nous nous imaginons par convention
Que nous vivons en civilisation.
Voilà une sidérante aberration
Qui vous sert pourtant de consolation.
Cette force supérieure d'organisation
Qui impose sa pesante domination
A toute partie de cette circonscription
Est l'unique responsable de sa gestion.
Depuis votre conception,
Vous êtes guidés par ses motivations.
Abominations en toute discrétion,
Manipulation, planification,
Oppression, corruption, conspiration
Voici ses domaines de prédilection.
A ceux qui se croient libres de leurs actions
Laissez-moi vous faire une révélation :
Vous êtes victimes de ses machinations
Vous servez au mieux ses noires intentions
Vous n'échappez pas à sa perversion.
Oubliez cette idée de désertion !
Comiques ! Cessez donc cette dérision !
De cette prétendue évasion
Vous n'avez que la prétention !
Inutile d'en venir à l'agression
Je m'en vais tempérer mes émotions.
Je pense avoir de la compassion
Pour vos vaines insubordinations
Car se sont d'humaines réactions.
Lisez quand même mes considérations,
Observez bien mon argumentation,
Réfléchissez avec grande attention
Aux précédentes et suivantes déductions.
Je pense peut-être sans aucune aversion
Que vous y verrez l'illumination.
Si tel est le cas pour seule réaction,
Ne choisissez nullement la dépression.
Il vaut mieux opter pour l'obstination.
Cela reste la meilleure des solutions
Afin d'être en parfaite adéquation
Avec notrs humble et humaine condition.
Aux lois naturelles point d' abolition,
Voilà une bonne et simple déduction
Dénuée de toute exagération.
A ce cruel état de soumission,
Malgré la plus horrible répulsion,
Il n'y a aucunement de soustraction.
Ne blâmez pas mon imagination,
Si je vous dis en toute indiscrétion,
Qu'il s'agit là d'une vraie malédiction. 

Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Ecrit par Ombry le 22/05/11
Comme quoi, il existe une infinité de mots se terminant en -ion et -age, tous pour la plupart très bien trouvés.

La première strophe est complexe à comprendre, notamment sur ces vers :
"Car tous ces éclairs de rage
Auraient ces cordages"
Quel sens à "Auraient" ? Rompre ?

Pour ce qui est de la seconde strophe, c'est vraiment bien, rien à redire.

A noter quelques confusions entre le ce/se :
"Et bien ce serait carnage"/"Car ce sont d'humaines réactions" (vers corrigés), sauf erreur de ma part.

Néanmoins, c'est que du bon, surtout pour le niveau "amateur".
Ombry

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar