poeme

Poème Lettre à l'Etre en Souffrance

11 connectés

Liens commerciaux:
@
Ecrit par pat38000 le 24/05/10 et lu par 831 personnes. 1 personne a envoyé un coup de coeur pour ce poème
Ce texte est un poème mort et fait partie des style de poésie suivant : lettre ouverte .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur - partager sur facebook

Madame, Monsieur,

Me voilà bénévole, pleine de bonne volonté,

J'ai franchi votre porte ce matin. Vebue à vore rencontre.

Vous avez froid, vous avez peur.

Laissées de côté les procédures et la montre,

Quelques mots simples échangés vous ont redonné vigueur.

Pourtant, j'ai vu ce jour là, vos yeux se perdre dans cette profondeur lointaine

que je ne connais pas.

J'ai senti votre corps à contrecoeur céder. Las, souillé, défiguré, rompu par ce mal qui piégeât. 

La médecine vous avait promis les soins attentifs, la famille une présence au quotidien, les amis des 

souvenirs à la pelle, les voisins la gazette du quartier.

Tout ce beau monde autour de vous, porteur d'espoir, de mémoire, de copains...

Bref, la vie et pas qu'à moitié !

Hélas, il y eut aussi ce trop plein d'affection, d'attentes, de prières, de larmes,

Puis les sourires forcés, la colère, et enfin les regrets face à l'injustice mal qui vous frappait.

Et peu de personnes pour comprendre qu'il ne sert à rien d'en faire un tout un drame.

Que gagnant ou perdant, c'est un fait, la mort inexorablement très vite vous rattraperait.

Et poutant vous êtes là, qui leur échappez.

Doucement vous glissez vers l'ailleurs, parce qu'il est des présences qui retiennent, qui asphyxient.

Impossible de continuer sans cesse à porter.

De jour en jour, vous vous repliez sur vous-mêmes pour oublier que ces visites gâchées sont déjà du sursis.

Parmi tous ces témoins impuissants de votre calvaire, moi le bénévole, je m'interroge :

Comment approcher l'Angoisse, le Vide, l'Absence qui lentement assiègent vos pensées ?

Comment contrer cette pantomine ténébreuse qui s'installe en vous de manière organisée ?

Comment ramener un peu de lumière dans votre redoutable et désarmante obscurité ?

Je suis une Vie, de celles qui sont "saines", qui pense, qui marche, qui aime, qui espère, qui lutte.....

Une vie comme vous l'avez été vous aussi, vous que l'on désigne par réflexe aujourd'hui comme 

" le ou la Malade ".

Je m'emploie à trouver un sens à mon action de bénévole, à ne pas être un trouble de plus qui vous rebute.

Je voudrais tenter de vous redonner un peu de goût à cette vie que vous avez connue et qui vous paraît désormais si fade.

Mais le plus souvent je l'avoue, je ne sais pas...

Je ne sais pas la douleur qui est la vôtre,

Je ne sais pas comment vivre, une épée de Damoclès sur la tête,

Je ne sais pas non plus la difficulté de dire adieux prématurés à l'autre,

A celui  ou à ceux  que vous avez aimé et avec qui vous étiez en perpétuelle fête

Je ne sais pas, je ne sais pas...

Je vous écoute, j'entends vos mots et vos silences.

Tout est fort et chargé de sens.

Je respecte, y mettant juste un peu de distance.

 

Cette lettre est dédiée aux personnes bénévoles, écrit par Christel Nemouchi  ( Association Source de Vie)

   

illustration Lettre à l'Etre en Souffrance
Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Pas encore de commentaires

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar