poeme

Poème douce rupture

16 connectés

Liens commerciaux:
@
ATTENTION, ce texte peut heurter la sensiblité de certaines personnes.

Ecrit par EveouLilith le 30/12/11 et lu par 1111 personnes.
Ce texte est un poème erotique .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur

Te souviens tu de cette derniere journée?Nous nous sommes encore disputés...

Enfermé dans ta chambre, je n'entend que le bruit des pages du livres que tu feuillete,

Moi je reste la le regard perdu dans le flot d images diffusé par la telé, j' ai envie de toi......Je devine le bruit des tiroirs que tu ouvres, tiens la garde robe aussi, que fais tu?? tu te change?

J'ai envie de toi, ma tête ne tiens plus mon corps, j ai envie de toi..... encore et encore petite chanson obsedante, envie de toi, de toi j'ai envie...

Tiens la porte.......

Tu es là, campé sur tes longues jambes musclées, face à moi, silencieux, les machoires crispées, le regard noir, et moi de te dire :

"j'ai envie de toi", mes mains s'accroche à la ceinture de ton pantalon;

" Il faut que je te parle, voilà c'est fini...", non ne pas pleurer, ne pas crier, j'arrache violement ton sexe de ce pantalon toujours trop serré, l'avale, pour dissimuler les premiers sanglots, ravaler ma peine, avaler ta pine, ne plus respirer mais t aspirer, serrer fort entre mes levres ce sexe si souvent aimer, pour eviter de te supplier de rester, je te sens gonfler encore grandir dans ma bouche, cet ecrin que tu aimais tant, te lecher te sucer, que mes larmes et ma salive se melange pour ton plaisir, j adore dessiner du bout de la langue ces veines si bleues qui dansent sur ta verge, caresser tes couilles si lourdes, d une main je souleve ma jupe, enleve ma culotte, me retourne et m agenouille sur ce canapé temoin de nos etreintes passées, d'un main je guide ton pieu a l'entrée de mes reins, tu y penetre d'un cou de rein, violente mais fugace douleur, mes entrailles se dechire, il fait chaud, trés chaud, tes mouvement se font de plus en plus lents et profonds, je peux crier mon plaisir, mais pas ma peine, je sens tes larmes tomber sur mon dos, nos soufles et nos sanglots se melent, nos plaisirs font taire toutes nos souffrances et nous améne aux adieux.

Je me retourne , tu te reboutonne, je n'avais pas vu ce sac à tes pieds......

........ la porte claque

Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Ecrit par celion le 25/02/12
cruel rupture j aime bien ta facon d ecrire

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar