poeme

Poème Souvenir d'enfance

19 connectés

Liens commerciaux:
@
Ecrit par pat38000 le 16/03/10 et lu par 896 personnes. 1 personne a envoyé un coup de coeur pour ce poème
Ce texte est un poème divers et fait partie des style de poésie suivant : lettre ouverte .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur - partager sur facebook

Rue des violettes !

Etrange, j'ai dans mes souvenirs un chemin...s'était hier

Chemin en terre battue, défoncé par des ornières,

Nids de poule, et les racines noueuses

D'un très vieux cerisier.

Nous y grimpions dès le mois de mai venu,

A la maraude de ses fruits juteux et nous en redescendions,

Maquillés et parés de beaux pendants d'oreilles.

Chemin bordés de murs de pierre moussues et de galets,

Percés de porte de bois vermoulu, au ferrures rouillées.

Murs de grange, de ferme, de maison, aux fenestrons à barreaux opacifiés

Par la poussière et voilés de toiles d'araignées.

Derrière lesquels vivait la terrible sorcière, sortie tout droit de notre

Imagination d'enfant. Il me revient en mémoire, un jardin,

"Un jardin de curé" où poussaient pêle-mêle fleurs cultivées

Et sauvages. Dès la venue du printemps, c'était une foison de couleurs.

Le jaune du forsythia, de la jonquille, du coucou, de la primevère

Du pissenlit.

Le rouge de la tulipe, du coquelicot aux pétales fragiles.

Le blanc du muguet, de la saponaire, nous en froissions

les pétales dans nos mains, avec un peu de salive nous

En obtenions une mousse qui nous lavait les mains à merveilles.

Le mauve des lilas entêtant, et de la timide violette qui pointait la "tête"

Parmi les herbes folles.

Le vert et mauve de la bardane avec ses chatons,

Nous faisions de mémorables bagarres, et gare à qui les prenait

dans les cheveux.

Que reste-il de tout cela ?

Un jour les pelles, tracto-pelles sont arrivés et se sont mit

Au travail. Ils ont démoli, défoncé, abattu, aplani, creusé.

Quelques mois plus tard surgissait de terre une belle résidence,

Desservie par une asphaltée et bordée de trottoirs rectilignes,

Ne laissant plus de place à la moindre herbes sauvages.

Quant aux violettes !

Il n'y a plus que la rue à en porter le nom.

La résidence s'appelle Aquarelle, est-ce pour rappeler

La palette de couleurs du jardin !

Quant aux murs, certains ont été blanchis, crépis ; et de temps

En temps, le matin, on a la surprise d'y voir fleurir 

L'éclatement de formes et de couleurs " des tags", autres oeuvres d'art 

Des temps modernes. 

 

ce texte a était écrit par soeur ainé Mireille, je l'aime et  je la soutien dans sa maladie jusqu'au bout ! 

illustration Souvenir d'enfance
Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Pas encore de commentaires

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar