poeme

Poème Théorie de l'Hyperskholé

17 connectés

Liens commerciaux:
@
Ecrit par robSPiR le 19/12/10 et lu par 790 personnes.
Ce texte est un poème coup de gueule et fait partie des style de poésie suivant : lettre ouverte .
Actions : ajouter aux favoris - coup de coeur - partager sur facebook

  Un péril non le moindre, une jeunesse outragée,
appelle à nous rejoindre et lever les A.G.
Allégeance face au greffe sur les bancs des sentines,
c'est silence dans la nef, plus un chant de comptines.

À l'estrade on voit poindre le museau d'Ysengrin,
aux récrés le ciel s'oindre au charbon de gros grain,
et l'estoc qui s'élève et dessine un cordeau
à la nuque des élèves luire d'une rouge albedo.

On peut voir dans les classes, ces charters en low-cost,
les Cosettes boire la tasse et Thénardier qui toaste,
le fil des faux s'émoudre juste au pied de l'aigrin,
et l'école se découdre en lambeau de chagrin.

Il geint d'outre-tombeau des légions ridicules,
Victor, sur le flambeau il souffle un homoncule.
L'instit-sous-le-curé, l'histrion de Latran,
a sonné la curée, l'hallali d'impétrants.

L'aréopage sénile brandissant le fléau,
sape les heures juvéniles aux horloges du préau.
Psalmodiant son babil, il désigne la chienlit,
puis jette à la sébile cette obole de folie :

C'est l'enfant qui regimbe, envoyé sans pardon,
s'abîmer dans les limbes et mourir d'abandon,
petit môme chapugné, petit cancre-émissaire,
petit ange expugné par l'ordalie scolaire.

Pauvre gamin qui tend ses petites notes passables,
sur qui fond l'harmattan en bourrasques de sable.
Mis pied à l'étrier sur le chemin des dames,
gît le gosse étrillé, à la bouche un dictame.

Enfants-liges tremblotants sous l'appel du muezzin,
chant de stryge promettant six douzaines de raisins.
Enfants que les incubes, par les dogmes d'airain,
emplissent de mèmes lugubres en leur brisant les reins...

Ce manège de séide voue l'enfance au néant,
mène l'engeance vers le vide, et le piège est béant.
Au nom des tout-petits, pour de bon faisons taire
cette méchante litanie sur notre maison-terre.

Franchir le rubicon pour fuir le pont d'Arcole,
tout est là fors l'abscons : La Cité des Écoles.
Jardin d'Andalousie planté de Summerhills,
sein d'ardente amasie, pangée de jeunes terrils,

Lémurie des poèmes et des livres accolés,
sanctuaire du totem au nom d'Hyperskholé,
où l'étude est le sceau sur lequel on se calque,
et l'école un berceau, un écrin d'orichalque...

A ceux qui font pari de moquer ce projet,
voyons qui dernier ri si jeunesse le gageait.

¶Rbesro

Cliquez ici si vous trouvez que ce poème ne respecte pas les regles du site.
Pas encore de commentaires

Copyright © 2006-2010 poème - Montage, Trucage, Retouche photo et jeux.
Tous droits réservés - Toute reproduction est strictement interdite sans autorisation.

Le forum de poésie
>> Discussions générales
>> Discussions sur la poésie
>> Discussions sur le site en général
>> Discussions sur les concours

>> Espace détente >> Poemes, poésie
Rejoindre le groupe facebook : Rejoindre le goupe facebook de creabar